Des champions ont fait part de leur expérience en matière de préparation mentale

Interventions > La préparation mentale

Publié le 29/09/2012 – Mis à jour le 29/09/2012 à 03:20
La Voix du Nord

| À L’ARENA STADE COUVERT |

Mathieu Goubel

Jeudi dans l’amphi du stade couvert, la lutteuse Lise Legrand, le footballeur Franck Béria et le céiste Mathieu Goubel sont intervenus auprès de jeunes sportifs de haut niveau, invités à une représentation du spectacle Les Athlètes dans leur tête, à l’initiative du Crops* et de la Direction régionale de la Jeunesse et des sports.

- Comment avez-vous, dans votre parcours, géré le mental ?

« J’ai fait ma préparation mentale tout seul, au cours de mes études de prof de sport, j’ai appris les bases. Quelque fois, je rencontre Nathalie Crépin, psychologue du Creps de Wattignies. » – Utilisez-vous des techniques particulières, de la relaxation ?

« Pas de relaxation, mais des techniques de visualisation mentale. J’essaie de voir ce que je vais mettre en place pendant les courses, pour mieux me concentrer. J’ai 32 ans, ça fait quinze ans que je suis en équipe de France, cela m’a permis d’améliorer ma technique pour être performant à ce niveau-là.

Quand j’ai des doutes, j’ai des personnes autour de moi. Mon outil principal, c’est d’écrire mes objectifs et les moyens d’y arriver au début d’une olympiade, je me raccroche à ça. Comme je m’entraîne tout seul, ça pose des balises dans ma routine. Ça permet de se remobiliser. » – Est-ce plus simple selon vous de gérer son mental quand on pratique un sport individuel plutôt qu’un sport d’équipe ?

« Quand on est tout seul, c’est plus facile de se reconcentrer. En équipe, c’est une dynamique de groupe. J’ai du mal à comprendre, quand je vois chuter une équipe qui avait de bons résultats… Je fais moi aussi partie d’une équipe et le soutien des collègues est important. Faire en sorte qu’il y ait une bonne ambiance. » – Comment ça s’est passé aux JO ?

« J’étais dans ma bulle. Mais pas seul, mon équipier au club, Mathieu Beaumont, était là, et Marie Delattre, je n’étais pas paumé. On a eu des temps de discussion, de détente. Il faut passer au-delà de la pression pour vivre une compétition comme une autre, avec un enjeu derrière, mais ne pas être débordé par l’enjeu. » • PROPOS RECUEILLIS PAR G. CS.

PHOTO DELPHINE PINEAU

*Centre ressource en optimisation de la performance et en psychologie du sportif.

Retrouvez l’article: http://www.lavoixdunord.fr/region/des-champions-ont-fait-part-de-leur-experience-en-matiere-jna35b0n721383