«La préparation mentale du sportif, un domaine encore mal connu»

Contact > Nos témoignages

Article Voix du Nord 05 sept 2011

La préparation mentale du sportif est un domaine encore mal connu, abordé principalement dans le haut niveau, mais dont on parle de plus en plus. Des psychologues du sport de la métropole ont décidé de démocratiser cette discipline en créant une association : le CROPS. Sylvain Baert, habitant de Gruson et membre de ce Centre ressource en optimisation de la performance et en psychologie du sportif, nous en explique l’objectif.

PAR CÉDRIC GOUT
villeneuvedascq@lavoixdunord.fr

sylvain

Comme ses collègues du CROPS, Sylvain Baert est bardé de diplômes dont, le dernier, un doctorat de psychologie obtenu en juin dernier. Il est coach de cardio-training chez Domyos à Marc-en-Baroeul et dispense aussi de la relaxation. L’idée de créer le CROPS est venue à cette équipe de six psychologues du constat que dans la région existent des structures permettant de faire un bilan psychologique du sportif (notamment dans les centres médicosportifs), mais sans intervention proprement dite. Ils ont également constaté que l’optimisation de la performance profitait à un marché où l’éthique faisait souvent défaut. « Avec le CROPS, nous voulons donner un cadre à la préparation mentale, la légitimer dans le Nord – Pas-de-Calais, indique ce Grusonais de 31 ans. Nous voulons former des sportifs, des entraîneurs, des dirigeants de clubs à la préparation mentale, mais aussi des cadres de santé, médicaux ou paramédicaux, dans la partie bien-être de la personne. Nous proposons d’intervenir et d’effectuer des bilans psychologiques. Depuis un arrêté ministériel de 2004, les sportifs doivent faire un ou deux examens médicaux par an, dont un examen psychologique. »
Sylvain Baert sait pourtant que la psychologique du sportif et l’optimisation de la performance par la préparation mentale est encore un domaine mal connu. « Cela reste encore quelque chose d’assez difficile à cerner et le psy fait encore peur. » Dans sa thèse, il s’est penché sur l’accompagnement du sportif blessé, sur le travail psychologique pendant la rééducation et le retour à la compétition. Il évoque la notion d’imagerie mentale. « Des études récentes prouvent que les performances du sportif augmentent grâce à l’imagerie mentale. Des chercheurs, au Canada et aux États-Unis, explorent son utilisation dans la rééducation des sportifs blessés. On leur demande de s’imaginer dans un environnement où ils se sentent bien, de visualiser leur blessure et ensuite de s’imaginer dans l’appareil de rééducation. Plus simplement, ce travail sur l’imagerie mentale permet de traiter l’anxiété du retour à la compétition, favorise l’acceptation du programme médical et parfois même accélère la guérison. » Mais, si l’impact de l’imagerie mentale sur les performances techniques est reconnu d’un point de vue scientifique, on en est encore aux prémisses de la discipline. « Elle sera réellement populaire d’ici cinq à dix ans », indique Sylvain Baert.

La première mission du CROPS sera donc d’informer, de sensibiliser et de rendre une éthique à la préparation mentale. Installée dans des locaux du CREPS de Wattignies, l’équipe compte y organiser des formations (payantes) et est prête à répondre à toute demande d’informations via son site : www.preparationmentale.fr. Créée statutairement en janvier, l’association ouvre vraiment cette semaine, mais a déjà été sollicitée par la Société française de psychologie du sport pour organiser son congrès en 2012 à Wattignies.

CROPS : au CREPS, 11 rue de l’Yser, 59635 Wattignies. Contact : Nathalie Crépin au 06 83 01 58 82. Mail : crops@preparationmentale.fr.
Formation : 120 E pour 5 heures avec repas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>